Lausanne 2020 en un coup d’oeil

Cliquez ici




Galerie d’images

27.04.2016 / 8 Photos

Lausanne 2020 Youth Council, take II!

26.05.2015 / 11 Photos

Lausanne 2020 "Youth Council": it's ON!

12.02.2016 / 33 Photos

Lausanne 2020 @ Lillehammer 2016

27.07.2015 / 14 Photos

Les valeurs olympiques s’invitent dans les écoles de Kuala Lumpur

22.07.2015 / 62 Photos

Imagine The Games here! Imaginez les Jeux ici!

14.02.2014 / 46 Photos

Ils disent OUI à Lausanne 2020! They say YES to Lausanne 2020!

17.06.2015 / 11 Photos

Lausanne 2020 à Park Volley 2015!

07.06.2015 / 3 Photos

Mobile Uploads

05.06.2015 / 9 Photos

Lausanne 2020 Youth Olympic Village / Village Olympique

07.05.2015 / 24 Photos

Lausanne 2020 s'affiche en GRAND! Lausanne 2020 in BIG!

28.04.2015 / 308 Photos

20KM de Lausanne 2015!

27.10.2014 / 103 Photos

Le Mur Lausanne 2020 à Malley!

24.09.2014 / 75 Photos

Lausanne 2020 à "Lausanne in Motion"

28.08.2014 / 46 Photos

Lausanne 2020 à Nanjing 2014!

02.07.2014 / 161 Photos

Lausanne 2020 à la Fan Zone de Bellerive (SUI-ARG, 1.07.2014)

28.04.2014 / 250 Photos

Lausanne 2020 aux "20kils"!

05.07.2013 / 118 Photos

Lausanne 2020 à Athletissima 2013



News

24 mai 2016

Tous ensemble pour rêver, fédérer et innover!

C’est avec un grand bonheur que j’ai officiellement pris mes fonctions le 1er mars dernier. Je me consacre dorénavant à ce magnifique projet qui me tient tout particulièrement à cœur : c’est pour moi l’occasion de mettre à profit mon expérience dans la gestion de manifestations de grande envergure pour l’organisation d’un événement particulier puisqu’il s’agit de célébrer l’Olympisme et la jeunesse du monde. C’est une grande tâche à accomplir mais un challenge bien sûr totalement fascinant.

Lausanne 2020 doit nous permettre de fédérer toute une région et, soyons ambitieux, tout un pays derrière un seul et même projet. Et quel projet ! Les Jeux de la Jeunesse sont bien plus qu’une compétition sportive de 10 jours, c’est une opportunité unique de réaliser de grandes choses pour nos jeunes, qui sont notre avenir, nos talents de demain. Il faut voir grand, être ambitieux et développer des programmes sportifs nationaux basés sur des valeurs fortes, dès maintenant, et pour les décennies à venir.

Nous devons profiter des avantages que nous offre notre pays, la Suisse. Nous pouvons compter sur un vivier extraordinaire de jeunes gens talentueux et ambitieux qu’ils soient apprentis, universitaires ou jeunes entrants dans la vie active. Nous devons trouver le moyen de les intégrer dans notre projet et de faire fructifier leurs innombrables idées. Car c’est un des objectifs des Jeux de la Jeunesse : créer des Jeux Olympiques pour les Jeunes par les jeunes, pensés de manière nouvelle, en mettant l’innovation au service des valeurs positives et fondamentales du sport, les valeurs olympiques.

Pour y arriver, nous devons impliquer toutes les parties prenantes de Lausanne 2020. Nous aurons besoin de notre comité national olympique, Swiss Olympic, des fédérations de sports d’hiver mais aussi de celle d’été et des clubs de sport à travers la Suisse afin de créer des programmes de promotion pour maximiser l’impact de cet événement unique. Nous aurons donc aussi besoin de l’implication des secteurs publics pour nous adresser aux écoles afin de promouvoir l’activité physiques auprès de nos jeunes et de diffuser dans nos écoles les valeurs olympiques de respect, d’amitié et d’excellence, si indispensables au développement d’une vie sociale saine.

Nous avons maintenant un peu moins de quatre ans pour créer cet engouement nécessaire pour faire de Lausanne 2020 un événement exceptionnel. Pour organiser un moment fédérateur, novateur et qui laisse une véritable trace dans la mémoire collective. Notre prochain objectif à court terme est la remise au CIO, en octobre prochain, de notre feuille de route stratégique et opérationnelle. Quels Jeux voulons-vous tous ? Comment les mettre sur pied ? Les réponses seront dans ce document sur lequel nous travaillons déjà intensément.

Je me réjouis de vous faire partager, à travers ces lignes, l’avancée du projet dans les semaines, les mois et les années qui viennent.

Mettons-nous tous au travail et, ensemble, réalisons nos rêves !

Ian Logan

CEO du comité d’organisation de Lausanne 2020




Les enseignements
de Lillehammer 2016

La dernière édition des Jeux Olympiques d’Hiver de la Jeunesse avant ceux de Lausanne ont eu lieu à Lillehammer du 12 au 21 février dernier. Pour l’occasion, une importante délégation de Valdo-vaudoise s’est rendue sur place pour échanger des idées avec les organisateurs locaux ainsi que pour s’imprégner de l’atmosphère des Jeux de la Jeunesse. Les enseignements tirés de ce voyage sont un élément fondateur de la planification de Lausanne 2020.

La délégation était composée de représentants du milieu académique avec l’Université de Lausanne et l’EPFL, de la sécurité de la ville de Lausanne et du canton avec les chefs de la Police Lausannoise et Vaudoise mais aussi des représentants des transports mais aussi les responsables des différentes régions qui seront directement impliqués dans l’organisation des Jeux Olympiques étaient aussi du voyage. Il était important que toutes ces personnes puissent se rendre à Lillehammer pour vivre de l’intérieur l’événement que Lausanne sera la prochaine ville à accueillir en 2020.

Le groupe a participé au programme d’observateur organisé par le CIO. L’accueil a été formidable. L’objectif étant de donner la possibilité aux prochains organisateurs de se familiariser avec l’événement, l’objectif est que les prochains hôtes se rendent compte de l’ampleur de l’événement et de ce que cela peut impliquer en termes d’organisation et d’infrastructure. Dans le contexte des Jeux de la Jeunesse, cela va plus loin encore : la délégation a eu l’opportunité d’échanger avec les organisateurs de Lillehammer au sujet de l’impact des Jeux sur la région et de mieux comprendre comment ils ont impliqué leur population et en particulier les jeunes dans l’événement.

Le programme concocté pour la délégation était très dense, incluant de nombreuses visites des sites de compétitions ainsi que le village Olympique et tous les autres sites importants pour le bon déroulement de la manifestation. De la centrale des transports au centre de contrôle de la police en passant par le centre des médias, la délégation a pu découvrir l’envers du décor des Jeux de la Jeunesse.

Ce fut également l’occasion de rencontrer les responsables de l’organisation de Lillehammer 2016 avec qui la délégation a pu énormément échanger et apprendre de ce qui a été fait sur place. Cela a permis aux responsables lausannois d’emmagasiner beaucoup d’informations qui seront cruciales à l’organisation de Lausanne 2020.

La délégation lausannoise a naturellement aussi profité de son voyage pour suivre les compétitions sportives et apprécier les résultats des jeunes athlètes suisse engagés dans les différentes compétitions.

Sur le plan sportif, la Suisse a envoyé ses 48 athlètes à Lillehammer. Ils se sont particulièrement distingués puisqu’ils remportés pas moins de 12 médailles – 5 médailles d’or, 3 médailles d’argent et 4 médailles de bronze. La Swiss Olympic Youth Team a fait mieux que lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver où ils avaient glanés 9 médailles. A noter que la jeune et très prometteuse Aline Danioth a remporté à elle seule 4 médailles en ski alpin. L’Uranaise de 17 ans a remporté l’or en combiné et en slalom, ainsi que le bronze en super-G et en slalom géant. La Valaisanne Mélanie Meillard a, elle, remporté l’or en géant et l’argent en combiné. Comme leurs camarades, les deux skieuses ont pu profiter d’une très bonne cohésion au sein du Swiss Olympic Youth Team. « L’esprit d’équipe dans la délégation a été tout aussi exceptionnel que les prestations sportives », souligne Isabelle Bossi, Chef de Mission pour la Suisse. « A pratiquement chaque épreuve, les athlètes étaient soutenus par des coéquipiers d’autres sports et encouragés à donner le meilleur d’eux-mêmes. Evidemment, les médailles constituent toujours des moments forts, mais il est tout aussi beau de voir tout le monde se réjouir pour les autres et se motiver réciproquement. C’est également ce qui fait le charme des Jeux Olympiques. On sentait que nous n’étions pas ici avec 48 individualités, mais en tant que délégation suisse représentant son pays. »

Outre la performance sportive et la possibilité de se frotter aux meilleures du monde dans leur catégorie, il faut aussi retenir l’expérience humaine que l’ensemble de ces jeunes athlètes ont eu la chance de pouvoir vivre pleinement. Pour certains, ces Jeux étaient leur première compétition internationales réunissant autant de nation à la même place en même temps, ce qui restera à jamais gravé dans leur mémoire.

Au travers du programme « Learn & Share » pensé par le CIO, ces jeunes ont pu participer à de nombreuses activités extra sportives qui leur auront ouvert les yeux sur les possibilités énormes dans et en dehors du monde du sport qui s’ouvrent à eux pour le futur. Ces Jeux de la Jeunesse sont le terrain rêvé pour promouvoir les valeurs olympiques auprès des jeunes du monde entier à travers diverses activités riches et variées. Le programme « Learn & Share » est un outil formidable pour permettre aux jeunes d’apprendre de nouvelles choses, d’échanger des expériences avec d’autres jeunes de leur âge venu du monde entier et de grandir en tant qu’athlète et que personne.

Les activités proposées étaient très variées incluant des cours avec des nutritionnistes, des cours pour apprendre aux athlètes à gérer les sollicitations des médias et de nombreuses activités qui avaient pour but de les sensibiliser à des questions très actuelles tout en promouvant les valeurs olympiques. Les thèmes de la solidarité, de la protection de l’environnement, de la lutte contre le dopage ou de la prévention contre les blessures et d’autres sortes de dommage physique et mental que le sport de haut niveau peut engendrer ont été abordés tout au long des 14 jours de compétitions qu’auront durés les Jeux de la Jeunesse de Lillehammer.

La combinaison des activités sportives de haut niveau, le programme « Learn & Share » ainsi que l’environnement international auront permis à ces jeunes gens de se mesurer aux meilleurs athlètes du monde mais aussi de leur transmettre des outils qui leur seront utile tout au long de leur vie.

Le partage et l’échange doit être au cœur du projet de Lausanne 2020, et cela sera là notre challenge principal : créer ce partage et cet échange non seulement au sein des athlètes présents, mais le faire avec toute la population de notre pays. L’objectif de Lausanne 2020 est non seulement de mettre sur pied un événement sportif international, il est également d’organiser une fête populaire grandiose. Ces deux aspects doivent co-exister, et d’une manière nouvelle, innovante, qui soit un modèle pour le futur du mouvement sportif et olympique.

Voilà l’enseignement principal de Lillehammer : fédérer un pays autour d’un projet international pour la jeunesse en promouvant les valeurs fondamentales et positives véhiculées par le sport est la clé du succès pour que les Jeux de la Jeunesse laissent un véritable héritage et marquent les mémoires.

Un magnifique challenge – vous ne trouvez pas ? Alors au travail !

Pour les photos officielles de Lillehammer 2016, toutes prises par des jeunes étudiants en journalisme et photographie, visitez : www.yogphotos.com

Photo: Les athlètes suisses à Lillehammer



Actualités!

Coup de projecteur sur quelques activités récentes de l’équipe Lausanne 2020


2 mai 2016

En avant pour le futur centre sportif de Malley!

Le projet du nouveau centre sportif de Malley est mis à l’enquête dans les communes de Prilly et Renens. Les plans ont été approuvés par tous les futurs utilisateurs.

Ceci est une excellente nouvelle car le calendrier, qui doit permettre une ouverture des patinoires pour les Jeux olympiques de la jeunesse, est ainsi respecté.

Photo: Le nouveau Malley



30 avril 2016

Présentation pour l'Association Suisse d’Education Physique à l’école (ASEP)

Une des activités principales de l’équipe rapprochée de Lausanne 2020 ces temps-ci : présenter le projet à des associations, des clubs, des entreprises. Un exemple: à l’occasion de l’assemblée générale de l’ASEP, Lausanne 2020 représentée par Cosima Deluermoz, déléguée au sport international auprès du Canton de Vaud, a eu l’opportunité de présenter les grandes lignes du projet. L’objectif de cette présentation était notamment d’explorer l’opportunité d’utiliser les Jeux de la Jeunesse comme plateforme pour développer des programmes sportifs et de sensibilisation des valeurs olympiques auprès des jeunes écoliers.



27 avril 2016

Les JOJ de 2020, c’est eux!

Une vingtaine de membres du conseil des jeunes de Lausanne 2020 se sont réunis au Musée Olympique pour discuter de plusieurs thématiques chères au comité d’organisation de Lausanne 2020. A l’ordre du jour, les jeunes membres ont pu discuter et débattre de plusieurs sujets tels que les festivités autour des Jeux, l’impact sur le sport d’élite et le sport pour tous, les medias sociaux ou encore des meilleures manières pour fédérer toute la Suisse. Toutes ces idées seront remontées dans le comité d’organisation et certaines verront le jour. Prochain rendez-vous en septembre!

Photo: Les membres du Conseil des Jeunes au Musée Olympique



17 au 22 avril 2016

Lausanne 2020 au cœur du sport international

Lausanne 2020 représenté par son CEO, Ian Logan, a activement participé au plus grand rendez-vous annuel du monde du sport international, la SportAccord Convention, qui s’est déroulée au Swiss Tech Convention Centre de l’EPFL. A l’occasion de l’assemblée générale de l’Association des fédérations internationales olympiques des sports d'hiver (AIWOF, acronyme en anglais), Ian Logan a présenté l’avancement du projet Lausanne 2020. Puis, il a aussi pris part à une table ronde dont le débat était orienté vers la pratique des jeunes et les bonnes pratiques. Ian a aussi pu échanger avec un grand nombre de dirigeants sportifs : des échanges toujours très utiles pour la suite.

Photo: La convention SportAccord au Swiss Tech



5 avril et 25 avril 2016

Le Comité International Olympique (CIO) donne le coup de départ

Deux premières séances de travail; qui se sont déroulées au siège temporaire du CIO à Pully, ont marqué le début d’un travail collectif entre le CIO et le comité d’organisation des Jeux Olympiques de la jeunesse d’hiver de 2020 (le « COJOJ »). A ces occasions, Lausanne 2020 a présenté l’état d’avancement du projet et a pu en apprendre davantage sur la méthodologie de la collaboration entre les deux entités. Le CIO a aussi enrichi l’échange avec quelques recommandations sur la mise en place du projet.

Photo: Les Anneaux Olympiques dans la Capitale Olympique


2 mai 2016

Mise à l’enquête: une étape décisive pour le futur centre sportif de Malley

Le projet du centre sportif de Malley est mis à l’enquête dès le 3 mai 2016 dans les communes de Prilly et Renens. Les plans ont été approuvés par tous les futurs utilisateurs. Le calendrier, qui doit permettre une ouverture des patinoires pour les Jeux olympiques de la jeunesse, est ainsi respecté. Le coût estimé du projet mis à l’enquête s’inscrit dans la fourchette annoncée en mars 2014, soit 208 millions +/- 20%.

Du 12 au 21 février 2016 se dérouleront donc les deuxièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver à Lillehammer en Norvège. A cette occasion, une délégation valdo-lausannoise composée de 20 personnes s’envolera pour prendre part au programme des observateurs organisé par le comité d’organisation de Lillehammer 2016 en collaboration avec le Comité International Olympique (CIO).

En mars 2014, les Municipalités de Lausanne, Prilly et Renens ont chargé la société anonyme du Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM SA) d’organiser un concours d’architecture pour réaliser un complexe sportif comprenant trois patinoires (dont une pouvant accueillir 10'000 spectateurs) et trois piscines (dont un bassin olympique de 50 mètres) et des espaces pour le tennis de table et pour l’escrime ; le coût en était sommairement estimé à 208 millions +/- 20%. Le 29 juin 2015, après la proclamation des résultats du concours, constatant que toutes les communes de Lausanne Région s’étaient engagées à participer au déficit du futur centre sportif, et fortes de l’engagement de l’Etat d’attribuer une subvention de 30 millions pour la patinoire, elles confiaient au CIGM le mandat de réaliser ce centre sportif, avec la condition que les patinoires soient terminées pour les Jeux olympiques de la jeunesse.

En neuf mois, un avant-projet, puis le projet ont été mis au point par le lauréat du concours, le bureau d’architectes Pont 12. Les plans présentés aujourd’hui, qui sont mis à l’enquête dès le 3 mai dans les communes de Prilly et de Renens, ont fait l’objet de consultations régulières et ont été approuvés par tous les futurs utilisateurs (Lausanne Hockey Club, Club des patineurs de Lausanne-Malley, autres clubs de hockey, Lausanne Natation et Renens Natation, organisateurs de concert, Cercle d’armes de Lausanne, Club de tennis de table, écoles, etc.).

Les délais très serrés imposent plusieurs procédures parallèles:

  • le Plan d’affectation cantonal (PAC), qui a été mis à l’enquête à fin 2015, va être approuvé prochainement par la cheffe du Département du territoire et de l’environnement;
  • le permis de démolition sera délivré ce mois, les premières démolitions devant commencer en octobre;
  • l’installation d’une patinoire provisoire permettant au LHC de jouer pendant deux saisons dès 2017 implique un changement d’affectation; le permis d’implantation devrait être délivré prochainement;
  • l’enquête pour la couverture provisoire de la patinoire de la Pontaise se termine aujourd’hui;
  • la Municipalité de Lausanne va soumettre au Conseil communal le nouveau droit de superficie;
  • le Conseil d’administration du CIGM va soumettre à l’assemblée générale extraordinaire de mai une modification de ses statuts: CIGM SA deviendra Centre sportif de Malley SA (CSM SA).

Et les travaux de déviation des réseaux commencent déjà au mois de mai! Basé sur une étude de faisabilité datant de 2013, le coût du complexe sportif de Malley a été estimé en 2014 à 208 millions +/-20%, soit entre 167 et 249 millions. Le projet lauréat du concours, H20, se situait dans le haut de la fourchette, tout en étant le meilleur marché. De gros efforts d’optimisation et de recherches d’économies ont été faits, tout en respectant le programme imposé: le coût maximum estimé du projet mis à l’enquête est de 229 millions. Le CIGM pourra assumer ce coût grâce à des subventions (30 millions de l’Etat pour la patinoire, plusieurs millions pour la piscine, 8 millions de la Confédération, une participation du LHC de 5 millions pour les loges, etc.) et empruntera 170 millions cautionnés par les communes de Lausanne, Prilly et Renens. La charge d’intérêts et d’amortissement du coût net sera l’un des éléments du budget de fonctionnement, dont le déficit sera assuré par les communes de Lausanne, Prilly et Renens et par les autres communes de Lausanne Région, selon des modalités définies dans une convention d’actionnaires.

Le chantier commençant déjà cette année, des solutions ont été trouvées pour réduire au maximum les inconvénients liés à la diminution des surfaces de glace disponibles. Aujourd’hui, tous les indicateurs sont au beau fixe : le centre sportif de Malley, un magnifique projet attendu par beaucoup, sera prêt pour accueillir les Jeux olympiques de la jeunesse en janvier 2020 et offrira à la population de la région et du canton des installations sportives dignes de la capitale olympique.


2 février 2016

C’est maintenant que tout commence!

L’année 2016 commence très fort… Tout d’abord, parce que nous sommes heureux d’accueillir Ian Logan ; notre nouveau directeur général. Parmi les 56 excellentes candidatures reçues, celle d’Ian Logan a su faire la différence. Fort d’une carrière militaire exemplaire et disposant d’une expérience approfondie en terme de gestion de manifestations d'envergure, Ian Logan fera partie de la délégation Lausanne 2020 pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer dans quelques jours avant de se consacrer au projet d’organisation à 100% dès mars 2016. D’ores et déjà, nous lui souhaitons la bienvenue!

Du 12 au 21 février 2016 se dérouleront donc les deuxièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver à Lillehammer en Norvège. A cette occasion, une délégation valdo-lausannoise composée de 20 personnes s’envolera pour prendre part au programme des observateurs organisé par le comité d’organisation de Lillehammer 2016 en collaboration avec le Comité International Olympique (CIO).

Cette délégation se veut hétéroclite afin que chaque partie prenante du projet puisse avoir tous les outils nécessaires pour se projeter et s’investir de la meilleure manière en vue de 2020. Ainsi, nous pourrons entre autre compter sur la participation de représentants politiques, des hautes écoles (UNIL), des stations hôtes sélectionnées mais aussi du secteur des transports (TL).

L’objectif de ce voyage est clair: en apprendre un maximum pour revenir les valises pleines d’idées et d’ambitions pour sublimer les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver en 2020. Au cours de ces deux semaines, la délégation va pouvoir observer et échanger avec le comité d’organisation de Lillehammer 2016. Ce voyage sera aussi l’occasion d’intensifier nos relations avec le CIO ; ses membres mais aussi son staff avec lequel Lausanne 2020 souhaite travailler main dans la main pour faire que ces Jeux deviennent un outil important de transmission des valeurs de l’Olympisme.

Nous l’avons dit à Kuala Lumpur, mais c’est encore plus vrai aujourd’hui: c’est maintenant que tout commence!

A bientôt!

Patrick Baumann

Président du comité d’organisation de Lausanne 2020




«Ensemble, marquons l’Histoire!»

Ian Logan, nommé CEO du comité d’organisation Lausanne 2020, partage avec nous ses ambitions, ses priorités et même ses rêves les plus fous pour Lausanne 2020.

Le projet Lausanne 2020 tel que décrit dans le dossier de candidature a été extrêmement bien accueilli par le CIO. Quels sont les éléments que vous retenez et ceux que vous voulez développer plus encore?

Le travail fourni par l’équipe du comité de candidature a été tout simplement « extra ». Suite à mes discussions avec le Comité International Olympique (CIO), j’ai eu la confirmation qu’une des choses qui a convaincu, c’est l’adéquation entre le concept des Jeux tel que l’a voulu le CIO et ce que cette région peut offrir. Le comité de candidature a très bien réussi à faire se correspondre ces deux choses. Le CIO veut transmettre les valeurs fondamentales de l’Olympisme: le respect, l’amitié, l’excellence, au travers de Jeux qui ont une vocation éducative importante. Il veut dire à la jeunesse qu’on peut faire carrière dans le sport, non seulement sur, mais également hors du terrain de compétition. Lausanne peut faire ceci de manière magnifique: 100 ans d’histoire commune avec le Mouvement Olympique pour les valeurs, la plaque tournante du sport mondial pour ce qui est du management sportif, et des hautes écoles connues de par le monde pour l’aspect éducationnel et de développement. Ces éléments seront au cœur d’un programme éducatif que nous voulons riche, innovant et ludique non seulement pour les athlètes en 2020, mais pour les jeunes de notre pays dans les années qui précéderont.

Le dossier de candidature s’est beaucoup penché sur ces aspects. Je veux maintenant approfondir ceci et travailler à mobiliser la population et le sport suisse. Il faut que cet événement reste à tout jamais dans les mémoires: il faut donc qu’il ait un impact pour les jeunes, pour le sport, mais il faut également qu’il soit une fête populaire unique, non seulement à Lausanne, mais dans tout le pays. C’est très ambitieux, mais je pense que nous y arriverons.

Presque jour pour jour, nous sommes aujourd’hui à quatre ans de la cérémonie d’ouverture des Jeux. Quelles sont vos priorités actuelles? Et quels sont, selon vous, les pièges à éviter?

La première de mes priorités est d’essayer de prendre un peu de recul pour gagner très vite une bonne vue d’ensemble dans le but de diriger le projet avec succès et ambition. De manière concrète, cela se traduit par l’observation et l’écoute de tous les acteurs; le CIO, Swiss Olympic, la ville de Lausanne, le Canton de Vaud, les stations hôtes où auront lieu les compétitions ainsi que les membres du comité exécutif, pour ensuite créer cette magie qui fera des Jeux de la Jeunesse un évènement unique qui fédère tous les acteurs. Il s’agira aussi de profiter des expériences de nos amis norvégiens; lors de notre visite à Lillehammer au début du mois de février pour les Jeux de 2016.

Dans cette première phase de réflexion, mon autre priorité est de créer mon équipe qui constituera mon « noyau dur » avant de monter en puissance dès 2017. Cette équipe, je souhaite qu’elle travaille avec moi dès le début pour reprendre l’ensemble du dossier de candidature dans le but de le traduire en un cahier de route qui inclura toutes les échéances des différents projets. Le plus gros piège serait de foncer tête baissée et commencer à organiser l’événement sans avoir réfléchi avant à ce que nous voulons faire – et ne pas faire.

Comment pensez-vous que ces Jeux pourront rayonner à travers toute la Suisse pour que leur impact ne se cantonne pas uniquement à Lausanne et sa région?

Je pense que c’est là l’un des plus gros challenges. Nous devons travailler dur pour convaincre et motiver l’ensemble des suisses de l’opportunité qui nous est donnée. Ces Jeux représentent une chance incroyable pour notre pays de rayonner à l’international. Des Jeux n’ont pas été organisés ici depuis plus de 70 ans! Mais cela ne sera pas évident. Nous devons développer des projets nationaux, pour la jeunesse et le sport. Nous devrons aussi compter sur l’appui de Swiss Olympic, de l’Office Fédéral du Sport (OFSPO), des fédérations sportives ainsi que de nos partenaires nationaux. Nous n’y arriverons pas seuls et c’est pourquoi il est important d’inclure toutes ces parties prenantes dès aujourd’hui dans notre travail de réflexion.

Actuellement chef de la régulation de l’aviation militaire suisse, vous allez bientôt vous consacrer 100% à Lausanne 2020. Quels atouts l’armée peut-elle amener à un projet olympique comme Lausanne 2020?

L’armée fait partie du même département que celui des sports: le département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). L’armée pourrait donc être amenée à soutenir le projet Lausanne 2020 et à nous épauler dans différentes tâches comme la logistique, le transport et la sécurité.

En ce qui a trait à mon expérience personnelle, j’ai la chance d’être formé à diriger des projets de grande envergure. J’ai notamment dirigé l’organisation de grandes manifestations telles que les meetings aériens AIR 04 et AIR 14. J’ai donc une connaissance approfondie des questions organisationnelles en termes de logistique et de leadership mais je bénéficie aussi d’un bon réseau à l’échelle nationale.

Mon objectif est donc de mettre mon expérience et mon réseau au profit de l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse – un projet qui signifie beaucoup pour moi car il représente l’opportunité de véhiculer auprès de la jeunesse les valeurs olympiques qui sont pour moi indispensables à une vie saine et équilibrée. Le respect, de soi, de l’autre, de son environnement, l’amitié, entre peuples, entre cultures, et l’excellence, donner en toutes occasions le meilleur de soi-même. Imaginez: ces valeurs ont plus de 100 ans. Mais elles sont plus que jamais d’actualité.

Vous êtes père de 5 enfants. Lausanne 2020 est un projet pour la jeunesse. Allez-vous vous inspirer de vos enfants pour construire un événement qui leur parlera en 2020?

Bien sûr! Nous sommes tous des sportifs en plus! C’est une réelle chance. D’ailleurs j’ai déjà commencé à les questionner ainsi que leurs amis. Je leur ai demandé ce qu’ils attendaient d’un projet tel que Lausanne 2020, ce nous pourrions faire pour qu’ils puissent bénéficier de l’impact de ces Jeux même s’ils n’y participeront pas en tant que compétiteurs. La jeunesse est une source d’inspiration incroyable et je ne vais pas m’en priver! Je suis tout simplement fervent de leur enthousiasme, de leur facilité à exprimer leur point de vue que ce soit au travers les réseaux sociaux ou au travers de leur multiples engagements. Ils représentent l’avenir ; les talents de demain. Il est donc de notre responsabilité de réfléchir à la meilleure manière de les intégrer directement dans notre projet ; que ce soit au sein de l’équipe d’organisation ou au sein des diverses activités liées à l’événement.

Finalement, parlez-nous de vos rêves les plus fous: dans un monde parfait, à quoi Lausanne 2020 va-t-il ressembler?

Dans mes rêves les plus fous, nous avons réussi à fédérer la Suisse dans son entier et à faire rayonner les valeurs du Mouvement Olympique avant, pendant et après les Jeux. Pour se faire, nous avons travaillé en étroite collaboration avec tous nos partenaires et avons contribué à définir ce que seront les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui nous suivront. Grâce à ces Jeux, nous avons aussi promu des changements désirés par la jeunesse elle-même, notamment en ce qui concerne l’environnement et des différentes problématiques qu’elle devra affronter.

Bref, nous avons réussi à saisir cette incroyable opportunité que représentent ces Jeux – nous en avons fait un projet formidable qui a fait rayonner la Suisse à l’international, a fait vibrer sa population et a inspiré la jeunesse de demain à construire un monde meilleur. En clair, ensemble, nous avons marqué l’Histoire de notre région et de notre pays!

Mais fini de rêver… il faut maintenant travailler dur tous ensemble pour donner à ces rêves la force d’exister!

Photo: Ian Logan, CEO du comité d’organisation Lausanne 2020





Les grandes ambitions d’une prometteuse athlète suisse de curling

Voici Selina Witschonke, 15 ans, un des grands espoirs du Curling suisse. Selina fait partie des 48 athlètes suisses qui feront le voyage de Lillehammer, en Norvège, pour la 2e édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver.

Selina, nous sommes curieux d’en connaître un plus sur vous. Racontez-nous comment vous avez commencé le Curling et qu’est-ce qui vous plait tout particulièrement dans ce sport?

J’ai débuté le Curling à l’âge de 9 ans. Mes parents, eux-mêmes anciens joueurs de curling, m’ont inscrit à mes premiers cours. Au début, je jouais simplement pour le plaisir. Mais après plusieurs années d’entraînements, je me suis rendu compte que mon niveau évoluait rapidement et que j’avais l’opportunité de jouer contre d’autres joueurs eux aussi très talentueux. Dès lors, mon intérêt pour le curling s’est accru et j’ai décidé de m’entraîner plus intensivement. Je passe désormais près de 6 heures par semaine sur la glace et 3 heures en salle de fitness. Le curling est un sport particulier, bien qu’il ne soit pas très populaire, il réserve toujours plein de surprises et c’est probablement la raison pour laquelle j’aime autant y jouer. L’une des plus grandes difficultés de ce sport est de prendre les bonnes décisions tactiques au bon moment et de gérer sa force physique sur l’ensemble de la rencontre. La tactique est plus importante que la force physique, ce qui fait que deux matchs ne seront jamais les mêmes. Contrairement à ce que les gens peuvent penser, le curling est loin d’être un sport ennuyeux.

Pourquoi rêviez-vous de participer aux Jeux Olympique de la Jeunesse?

C’est un sentiment difficile à exprimer étant donné que c’est très émotionnel. C’est un mélange de fierté, d’accomplissement personnel et d’opportunité. « Fierté » car ce sera la première fois pour moi dans ma jeune carrière que j’aurai l’opportunité de représenter les couleurs de mon pays. Cela me rappelle tous les sacrifices que je fais au quotidien pour devenir une meilleure athlète. Ce travail acharné n’implique d’ailleurs pas que moi ; mon entourage tout entier est sollicité et fait d’énormes efforts et sacrifices. Ma famille, mes amis et mon entraîneur me supportent pleinement dans mes décisions. Être sélectionnée pour Lillehammer est une manière de tous les remercier pour leur soutien. Finalement, ce sera une opportunité incroyable de prendre un maximum de plaisir en me mesurant à d’autres athlètes très talentueux, de me faire de nouveaux amis de tous les horizons et d’apprendre plein de nouvelles choses.

Comment est-ce que les Jeux Olympique de la Jeunesse pourraient vous aider à devenir la personne que vous voudriez être?

Je suis jeune et je ne sais pas encore très bien ce que je veux faire dans la vie. Ce qui est certain, c’est que je veux me donner la chance de pouvoir devenir une joueuse professionnelle de curling.

Comme tout athlète d’élite, mon objectif est de participer un jour aux Jeux Olympiques. Une sélection pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse va m’aider à rendre ce rêve plus concret. Non seulement je profiterai d’une expérience inoubliable, mais cela me donnera également l’opportunité de rencontrer d’autres jeunes du monde entier. J’aurai la chance de découvrir de nouvelles cultures, de parler différentes langues, de me faire de nouveaux amis et, tout simplement, de m’ouvrir l’esprit. En résumé, participer à Lillehammer 2016 me fera grandir en tant qu’athlète mais aussi en tant que personne.

Comment Lausanne 2020 peut contribuer à développer le sport en Suisse?

Accueillir les Jeux Olympiques de la Jeunesse est une fantastique opportunité pour la Suisse! C’est un événement très spécial et, de plus, qui est connecté aux anneaux olympiques. Grâce aux émotions qu’ils peuvent générer, les anneaux olympiques ont le pouvoir d’inspirer le plus grand nombre et tout spécialement ma génération. Les Jeux en Suisse vont rendre cela très concret et 2020 sera résolument « l’Année du Sport » en Suisse. Mis à part cette faculté à inspirer les gens, il y a plein d’autres choses à faire pour encourager les jeunes à être plus actifs et à s’impliquer davantage dans le sport. Je pense que les écoles peuvent jouer ce rôle étant donné que la pratique du sport est étroitement liée à l’éducation. Je suis convaincue que les Jeux peuvent servir de catalyseur pour le développement du Sport en Suisse.

Etes-vous déjà venue à Lausanne et dans le canton de Vaud? Comment imaginez-vous les Jeux là-bas?

Oui, bien sûr! J’ai participé à un championnat au Centre de Curling de Lausanne. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour visiter la ville et la région, mais j’ai quand même eu la chance de pouvoir me rendre au Musée Olympique qui est situé non loin du centre où se déroulait le championnat. Je pense que c’est un des avantages unique de Lausanne. Il n’y a aucune ville plus « Olympique » que Lausanne. Les bureaux du Comité International Olympique (CIO) et tant d’autres Fédérations Internationales sont basés à Lausanne, ce qui est très inspirant et motivant pour une jeune athlète comme moi. J’espère que Lausanne 2020 réussira à transmettre ces mêmes émotions aux jeunes athlètes des Jeux Olympique d’Hiver de la Jeunesse en 2020!

Est-ce que vous avez une devise qui vous motive à toujours vous dépasser et à donner le meilleur de vous-même?

« Celui qui combat peut perdre, celui que ne combat pas a déjà perdu »

Photo: Selina Witschonke, Athlète suisse de curling





« Je suis convaincue que l’équipe de Lausanne 2020 fera du très bon travail et préparera un formidable événement ».

Il y a quelques semaines, nous nous sommes entretenus avec Danka Bartekova (SLO), 31 ans, nouvellement nommée Présidente de la Commission de Coordination du CIO pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver de Lausanne 2020 et médaillée olympique de bronze au tir à Londres 2012. La Commission de Coordination aura comme objectif d’assister le comité d’organisation à mettre sur pied les Jeux, en apportant son expérience, et également de s’assurer que les objectifs de Lausanne 2020 soient en ligne avec ceux du CIO.

Danka, premièrement, félicitations pour votre nomination en tant que Présidente de la Commission de Coordination de Lausanne 2020. Nous sommes enchantés à l’idée de commencer à travailler avec vous et votre équipe!

Merci Beaucoup! Je suis très excité à l’idée de rejoindre Lausanne 2020. C’est un honneur de présider cette commission et d’aider le Comité d’Organisation à préparer ces Jeux dans la Capitale Olympique. En tant qu’ancienne athlète des Jeux d’été, c’est un véritable challenge pour moi mais je suis prête à commencer l’aventure. Je me réjouis de rencontrer l’ensemble de l’équipe très prochainement!

Première question: vous étiez déjà membre de la Commission d’Evaluation lors de la phase de candidature. Quelles sont, selon vous, les forces du projet Lausanne 2020 que vous vous réjouissez de voir être mis en place prochainement?

Lausanne 2020 a présenté un projet énergique, revitalisant et réellement tourné vers les jeunes, tout en étant durable. Je pense que l’une de ses plus grandes forces est l’implication locale des hautes écoles et des universités. Les activités proposées pour le programme éducatif et culturel (« Learn & Share ») sont très scientifiques. Mais une autre force réside également dans le fait que Lausanne est l’hôte de tant Fédérations Internationales, d’organisations sportives et bien entendu du Comité International Olympique. Je pense que les athlètes ainsi que tous les participants ne peuvent que se réjouir de se rendre à Lausanne en 2020.

Selon vous, quels sont les objectifs que doivent atteindre les Jeux Olympique de la Jeunesse pour promouvoir le Mouvement Olympique et ses valeurs, - et comment pensez-vous qu’il faille s’y prendre?

Les Jeux de la Jeunesse sont conçus dans le but d’allier sport, culture et éducation afin de servir de catalyseur pour que la jeune génération soit active et prenne du plaisir en pratique du sport en général. Nous voulons répandre les valeurs positives du sport et de l’Olympisme à travers les compétitions mais aussi lors des activités organisées en marges de celles-ci. Les Jeux de la Jeunesse doivent inspirer les participants, les spectateurs et les jeunes – sans oublier les fans à travers le monde. En gardant cela à l’esprit, en utilisant les dernières technologies et la science ainsi qu’en profitant de l’environnement sportif qui règne dans la région, je pense que Lausanne 2020 a le potentiel pour développer de très grands Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver.

Que pensez-vous que les Jeux Olympiques de la Jeunesse représentent pour la carrière d’un jeune athlète – et quels éléments des Jeux devrait garantir le plus grand impact pour ces jeunes athlètes?

Pour de nombreux jeunes athlètes, les Jeux de la Jeunesse seront leur première expérience d’un événement multisport et pour beaucoup d’entre eux, cela sera potentiellement aussi la dernière. Cela peut d’une part représenter une expérience de vie inoubliable mais pourra aussi être un jalon dans la carrière des ceux qui auront la chance de vivre des carrières sportives par la suite. Voilà pourquoi il est vraiment important de maximiser le temps que ces athlètes passeront à Lausanne, de les laisser profiter de leurs performances sportives, de les laisser prendre du plaisir une fois les compétitions terminées et de les laisser se sentir inspirés par l’ensemble des valeurs que le sport peut transmettre.

Nous avons parlé du Mouvement Olympique, des athlètes mais que pensez-vous que ces Jeux de la Jeunesse peuvent apporter à la région et au pays hôte?

Je vois les Jeux de la Jeunesse comme une formidable opportunité pour la ville hôte. Premièrement, ils attirent des spectateurs et des visiteurs qui viennent pour assister aux compétitions. Mais ils vont aussi inspirer, passionner et enthousiasmer les jeunes de la région. Avec l’ensemble des projets énumérés dans le dossier actuel et qui sont prévus avant et après les compétitions, je suis convaincu que les lausannois et les suisses en général vont grandement profiter de ces Jeux.

Quel serait votre première recommandation pour le comité d’organisation qui est en train d’être mis en place?

De toujours mettre les athlètes au premier plan! Ce sont à eux qu’il faut penser en priorité lors de l’organisation. Si les athlètes sont satisfaits et qu’ils profitent de leurs compétitions, cette atmosphère sera facilement transmise aux spectateurs et à tous les participants. En me remémorant la qualité du projet et des idées proposées lors de la candidature, je suis convaincu que l’équipe de Lausanne 2020 fera du très bon travail et préparera un formidable événement.

Finalement, nous savons que vous êtes déjà souvent venue à Lausanne et en Suisse, qu’avez-vous particulièrement apprécié dans la région et en Suisse en général?

Je suis venue en Suisse à de multiples reprises et, à chaque visite, je découvre de nouvelles facettes du pays! Je suis habituellement bien occupée quand je suis ici, avec beaucoup de travail et de rendez-vous, mais quand j’ai un peu de temps libre à Lausanne, j’essaie de profiter au maximum de la vue sur les montagnes et le lac en me baladant mais je profite aussi des bon plats et du bon vin de la région. J’ai même récemment pris le bateau pour aller à Evian. J’aime beaucoup le fait que Lausanne soit vallonnée, cela nous oblige à faire de l’exercice pour se rendre en ville à pied, ce qui est peut-être une des raisons qui expliquerait pourquoi tant de lausannois font du sport!

Que faites-vous à l’heure actuelle? Nous croyons savoir que vous étudiez?

Je travaille comme athlète professionnelle pour le Ministère de l’Intérieur en Slovaquie. Je fais actuellement un doctorat en diplomatie du sport.

Quels sont vos hobbies?

J’aime me relaxer en lisant ou en regardant un bon film. Mais le plus important pour me relaxer est de passer du temps avec mes neveux de 4 et 1 an.

Comment êtes-vous activement entrée au sein du Mouvement Olympique?

J’ai été élue en tant que représente des athlètes lors des Jeux de Londres en 2012, en tant que membre de la Commission des Athlètes du CIO. Mais pour être honnête, ma véritable première expérience en tant que non-athlète était à Singapour en 2010 lorsque j’étais jeune ambassadrice pour la toute première édition des Jeux de la Jeunesse. Ce fut une telle source d’inspiration et c’est à partir de là que tout a commencé pour moi.

Quelques mots à propos de votre carrière d’athlète, où en êtes-vous à l’heure actuelle?

Je me prépare pour mes troisièmes Jeux Olympiques. Après avoir terminé huitième à Pékin et avoir remporté une médaille de bronze à Londres, je suis maintenant complétement focalisée sur Rio. J’ai débuté ma carrière à 13 ans en 1998 et, depuis lors, je n’ai jamais cessé de prendre du plaisir en pratiquant mon sport. Je suis toujours motivée et je me réjouis de relever les différents défis qui se proposeront à moi sur la route de Rio et tout au long de la saison de tir.

Photo: Danka Baterkova, Présidente de la Commission de Coordination du CIO pour Lausanne 2020




14 décembre 2015

Le Directeur général Ian Logan (g.) avec le Président de Lausanne 2020, Patrick Baumann (dr.)

Entretien avec Danka Bartekova

Aujourd’hui nous nous entretenons avec Danka Bartekova (SLO), 31 ans, Présidente de la Commission de Coordination du CIO pour les Jeux Olympique de la Jeunesse d’Hiver de Lausanne 2020 et médaillée olympique de bronze au tir à Londres 2012. La Commission de Coordination aura comme objectif d’assister le comité d’organisation à mettre sur pied les Jeux, en apportant son expérience, et également de s’assurer que les objectifs de Lausanne 2020 soient en ligne avec ceux du CIO.

Danka, premièrement, félicitations pour votre nomination en tant que Présidente de la Commission de Coordination de Lausanne 2020. Nous sommes enchantés à l’idée de commencer à travailler avec vous et votre équipe!

Merci Beaucoup! Je suis très excité à l’idée de rejoindre Lausanne 2020. C’est un honneur de présider cette commission et d’aider le Comité d’Organisation à préparer ces Jeux dans la Capitale Olympique. En tant qu’ancienne athlète des Jeux d’été, c’est un véritable challenge pour moi mais je suis prête à commencer l’aventure. Je me réjouis de rencontrer l’ensemble de l’équipe très prochainement!

Première question: vous étiez déjà membre de la Commission d’Evaluation lors de la phase de candidature. Quelles sont, selon vous, les forces du projet Lausanne 2020 que vous vous réjouissez de voir être mis en place prochainement?

Lausanne 2020 a présenté un projet énergique, revitalisant et réellement tourné vers les jeunes, tout en étant durable. Je pense que l’une de ses plus grandes forces est l’implication locale des hautes écoles et des universités. Les activités proposées pour le programme éducatif et culturel (« Learn & Share ») sont très scientifiques. Mais une autre force réside également dans le fait que Lausanne est l’hôte de tant Fédérations Internationales, d’organisations sportives et bien entendu du Comité International Olympique. Je pense que les athlètes ainsi que tous les participants ne peuvent que se réjouir de se rendre à Lausanne en 2020.

Selon vous, quels sont les objectifs que doivent atteindre les Jeux Olympique de la Jeunesse pour promouvoir le Mouvement Olympique et ses valeurs, - et comment pensez-vous qu’il faille s’y prendre?

Les Jeux de la Jeunesse sont conçus dans le but d’allier sport, culture et éducation afin de servir de catalyseur pour que la jeune génération soit active et prenne du plaisir en pratique du sport en général. Nous voulons répandre les valeurs positives du sport et de l’Olympisme à travers les compétitions mais aussi lors des activités organisées en marges de celles-ci. Les Jeux de la Jeunesse doivent inspirer les participants, les spectateurs et les jeunes – sans oublier les fans à travers le monde. En gardant cela à l’esprit, en utilisant les dernières technologies et la science ainsi qu’en profitant de l’environnement sportif qui règne dans la région, je pense que Lausanne 2020 a le potentiel pour développer de très grands Jeux Olympiques de la Jeunesse d’Hiver.

Que pensez-vous que les Jeux Olympiques de la Jeunesse représentent pour la carrière d’un jeune athlète?

Pour de nombreux jeunes athlètes, les Jeux de la Jeunesse seront leur première expérience d’un événement multisport et pour beaucoup d’entre eux, cela sera potentiellement aussi la dernière. Cela peut d’une part représenter une expérience de vie inoubliable mais pourra aussi être un jalon dans la carrière des ceux qui auront la chance de vivre des carrières sportives par la suite. Voilà pourquoi il est vraiment important de maximiser le temps que ces athlètes passeront à Lausanne, de les laisser profiter de leurs performances sportives, de les laisser prendre du plaisir une fois les compétitions terminées et de les laisser se sentir inspirés par l’ensemble des valeurs que le sport peut transmettre.

Nous avons parlé du Mouvement Olympique, des athlètes mais que pensez-vous que ces Jeux de la Jeunesse peuvent apporter à la région et au pays hôte?

Je vois les Jeux de la Jeunesse comme une formidable opportunité pour la ville hôte. Premièrement, ils attirent des spectateurs et des visiteurs qui viennent pour assister aux compétitions. Mais ils vont aussi inspirer, passionner et enthousiasmer les jeunes de la région. Avec l’ensemble des projets énumérés dans le dossier actuel et qui sont prévus avant et après les compétitions, je suis convaincu que les lausannois et les suisses en général vont grandement profiter de ces Jeux.

Quel serait votre première recommandation pour le comité d’organisation qui est en train d’être mis en place?

De toujours mettre les athlètes au premier plan! Ce sont à eux qu’il faut penser en priorité lors de l’organisation. Si les athlètes sont satisfaits et qu’ils profitent de leurs compétitions, cette atmosphère sera facilement transmise aux spectateurs et à tous les participants. En me remémorant la qualité du projet et des idées proposées lors de la candidature, je suis convaincu que l’équipe de Lausanne 2020 fera du très bon travail et préparera un formidable événement.

Finalement, nous savons que vous êtes déjà souvent venue à Lausanne et en Suisse, qu’avez-vous particulièrement apprécié dans la région et en Suisse en général?

Je suis venue en Suisse à de multiples reprises et, à chaque visite, je découvre de nouvelles facettes du pays! Je suis habituellement bien occupée quand je suis ici, avec beaucoup de travail et de rendez-vous, mais quand j’ai un peu de temps libre à Lausanne, j’essaie de profiter au maximum de la vue sur les montagnes et le lac en me baladant mais je profite aussi des bon plats et du bon vin de la région. J’ai même récemment pris le bateau pour aller à Evian. J’aime beaucoup le fait que Lausanne soit vallonnée, cela nous oblige à faire de l’exercice pour se rendre en ville à pied, ce qui est peut-être une des raisons qui expliquerait pourquoi tant de lausannois font du sport!

Que faites-vous à l’heure actuelle? Nous croyons savoir que vous étudiez?

Je travaille comme athlète professionnelle pour le Ministère de l’Intérieur en Slovaquie. Je fais actuellement un doctorat en diplomatie du sport.

Quels sont vos hobbies?

J’aime me relaxer en lisant ou en regardant un bon film. Mais le plus important pour me relaxer est de passer du temps avec mes neveux de 4 et 1 an.

Comment êtes-vous activement entrée au sein du Mouvement Olympique?

J’ai été élu en tant que représente des athlètes lors des Jeux de Londres en 2012, en tant que membre de la Commission des Athlètes du CIO. Mais pour être honnête, ma véritable première expérience en tant que non-athlète était à Singapour en 2010 lorsque j’étais jeune ambassadrice pour la toute première édition des Jeux de la Jeunesse. Ce fut une telle source d’inspiration et c’est à partir de là que tout a commencé pour moi.

Quelques mots à propos de votre carrière d’athlète, où en êtes-vous à l’heure actuelle?

Je me prépare pour mes troisièmes Jeux Olympiques. Après avoir terminé huitième à Pékin et avoir remporté une médaille de bronze à Londres, je suis maintenant complétement focalisée sur Rio. J’ai débuté ma carrière à 13 ans en 1998 et, depuis lors, je n’ai jamais arrêté de prendre du plaisir en pratiquant mon sport. Je suis toujours motivée et je me réjouis de relever les différents défis qui se proposeront à moi sur la route de Rio et tout au long de la saison de tir.



9 décembre 2015

Le Directeur général Ian Logan (g.) avec le Président de Lausanne 2020, Patrick Baumann (dr.)

Lausanne 2020 a nommé son Directeur général

Une nouvelle étape a été franchie dans la mise sur pied des Jeux Olympiques de la jeunesse de Lausanne 2020 par la désignation de M. Ian Logan (SUI) au poste de Directeur général. Il s'agit d'un poste stratégique en vue de la préparation de ces Jeux qui se dérouleront à Lausanne en janvier 2020.

Le poste de Directeur général a fait l'objet d'une mise au concours ouverte. Elle a donné lieu à 56 candidatures. Un comité de sélection, appuyé dans ses travaux par le Service du personnel de l'Etat de Vaud, a suivi un processus de sélection sur deux mois comprenant entretiens et assessments. Réuni en séance le 7 décembre sous la direction de son Président et Membre du CIO Patrick Baumann, le Comité exécutif a retenu avec enthousiasme la candidature de M. Ian Logan.

Actuellement chef de la régulation de l'aviation militaire suisse, M. Ian Logan dispose d'une expérience approfondie en terme de gestion d'événements d'envergure (conception et direction d'AIR 04 et AIR 14) et officie en qualité de conseiller pour diverses manifestations culturelles ou sportives (Gottardo 2016, Fête de lutte 2016, Fête des vignerons). Passionné de sport et du mouvement olympique, M. Logan est de Lausanne et vit actuellement à Epalinges. Il entrera en fonction au début de l’année 2016 et dépendra du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver Lausanne 2020 et de son Comité exécutif.

Suite à sa nomination, M. Logan a déclaré: « C’est un grand honneur pour moi de pouvoir contribuer à organiser des Jeux olympiques dont le cœur battra à l’endroit même choisi par le Baron Pierre de Coubertin pour établir le Mouvement Olympique moderne il y a 100 ans. Nous voulons nous inspirer de cet héritage Olympique unique, pour créer des Jeux résolument tournés vers le futur, pour la Jeunesse de Suisse et du monde. Nous voulons travailler non seulement avec le sport suisse, mais également le sport international établi ici, et en étroite collaboration avec les acteurs économiques de la région et nos hautes écoles, l’Université et l’EPFL, par exemple. C’est un projet formidable, que je me réjouis de continuer à construire sur les bases de l’excellent travail entamé durant la phase de candidature. »

En étroite collaboration avec le Comité exécutif et son Président Patrick Baumann, le Directeur général s’attèlera dans les prochains six mois à mettre sur pied une structure de travail qui traduira ce qui fut le dossier de candidature en une feuille de route organisationnelle. Pendant cette période et après une visite approfondie de Lillehammer, hôte des prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver en février 2016, M. Logan et son équipe iront donc à la rencontre de tous les partenaires potentiels afin de présenter un masterplan au Comité International Olympique en octobre 2016.



19 novembre 2015

CHAMPIONS – le Spectacle: show de vendredi 20.11 reporté à dimanche 22.11

Champions! Le spectacle son et lumière célébrant les 100 ans du CIO à Lausanne avec Stéphane Lambiel et Bastian Baker - dont Lausanne 2020 est l’un des partenaires - a du reporter le show initialement prévu ce vendredi 20 novembre au dimanche 22 novembre en raison des mauvaises conditions météorologiques annoncées pour cette fin de semaine.

Plus d’infos



25 septembre 2015

Offre d'emploi

La Direction de «Lausanne 2020 / Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver» recherche son/sa:
DIRECTEUR-TRICE GENERAL-E DU COMITE D’ORGANISATION (COJOJ)

Télécharger l'annonce PDF



31 août 2015

En route pour 2020!

Après deux ans de travail, la candidature valdo-lausannoise pour les Jeux Olympique de la Jeunesse d’hiver 2020 est rentrée de Kuala Lumpur avec une grande victoire dans ses bagages. La fête fut belle sur place, mais pas seulement. Partout en Suisse, la nouvelle a été célébrée: un rêve olympique se concrétisait. De retour en Suisse, c’est une équipe ultra-motivée qui va maintenant s’atteler à construire la fondation de Jeux innovants, intelligents, ouverts et «fun»!

Le 31 juillet à Kuala Lumpur, Lausanne 2020 remportait 71 des 81 votes de la Session du CIO. En plus de ce résultat unique dans l’histoire, le CIO a félicité l’équipe de la candidature pour la qualité du travail accompli jusque-là. Cette marque de confiance a conforté l’équipe qu’elle visait juste – organiser des Jeux qui ont une ambition pour la jeunesse et le sport suisse.

Patrick Baumann

Président de la candidature Lausanne 2020 et membre du CIO


«Mes collègues du CIO ont été impressionnés par la qualité de notre travail et nombreux d’entre eux sont venus nous féliciter. Lausanne a ébloui l’audience. Notre travail est maintenant de continuer à surprendre par nos actions tout au long de l’organisation des Jeux et même encore après.»

Le plus dur reste donc certainement à venir. Il faut se mettre au travail. Il faut continuer à réfléchir à la manière dont ces Jeux peuvent l’héritage le plus précieux possible pour la jeunesse et le sport suisse. Comment ils peuvent transmettre l’idéal olympique, depuis le cœur de la Capitale Olympique, et avec des partenaires qui sont des leaders dans la recherche et l’innovation. C’est un travail collectif que Lausanne 2020 s’apprête à accomplir. Chaque partie prenante sera consultée et chaque opportunité se devra d’être exploitée.

Denis Pittet

Secrétaire Général de la candidature Lausanne 2020


«Notre projet est ambitieux. Nous devons prendre le temps de réfléchir à la meilleure manière d’organiser ces Jeux, pour qu’au-delà d’être un événement sportif, ils puissent avoir un impact sur la jeunesse, mais également sur l’histoire de notre région et sa relation avec le Mouvement Olympique. Ces jeux doivent faire rêver: nous allons maintenant travailler à nous donner les moyens de le faire.»

Virginie Faivre

Responsable Culture et Education


«Le programme culture et éducation représente une grosse part de notre projet. Nous voulons que ces Jeux soient un catalyseur pour accélérer le développement de projets pour la jeunesse suisse. Swiss Olympic, les fédérations nationales et les clubs ont déjà mis en place de magnifiques programmes. En nous basant sur les réflexions déjà entamées pendant la candidature, nous devons maintenant nous mettre ensemble pour créer un réel impact. C’est un challenge très excitant.»

Ce projet, pour la jeunesse, pour le sport, pour la formation, pour la culture requiert une planification minutieuse et intelligente. Ce travail de fond va prendre un petit peu de temps. Ces prochaines semaines, Lausanne 2020 sera peut-être un peu moins visible du grand public. Mais cela sera uniquement pour revenir plus forts et prêts à mettre en place un événement qui pourra être au niveau des attentes que ce 31 juillet 2015 à Kuala Lumpur à créé.

A (très) bientôt!
Toute l’équipe Lausanne 2020

Pour revoir la présentation finale de Kuala Lumpur (20 minutes)

Pour revoir la cérémonie d’annonce de la ville hôte



31 juillet 2015

Lausanne et le Canton de Vaud organiseront les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver en 2020!

C’est fait! Après plus de deux ans de campagne s’achevant sur une présentation finale spectaculaire ce matin devant le CIO, Lausanne a remporté le droit d’organiser des Jeux Olympiques, 100 ans exactement après l’installation du CIO sur ses terres. Une «grande chance pour le sport suisse» selon le conseiller fédéral Ueli Maurer, présent à Kuala Lumpur où a été prise la décision.

Il était près de 19 heures (heure locale à Kuala Lumpur, Malaisie), lorsque Thomas Bach, président du CIO a ouvert l’enveloppe et prononçé les mots que toute une région attendait: «Lausanne 2020». C’est l’heureuse conclusion d’un immense travail pour toute une équipe derrière un projet qui se veut ambitieux pour le sport régional, national et international.

Daniel Brélaz, Syndic de Lausanne: «Quel plus beau cadeau que celui-ci pour célébrer 100 ans d’Olympisme à Lausanne? Lausanne ville Olympique, ville de sport, ville de jeunes: c’est un mariage parfait, et je suis extrêmement fier que le CIO l’ait reconnu comme tel. Maintenant, au travail!»

Lausanne l’a emporté par 71 voix contre 10 pour son unique concurrent Brasov, en Roumanie, qui avait présenté son projet quelques minutes plus tôt.

Jörg Schild, Président de Swiss Olympic, le comité olympique national: «Je suis extrêmement content que les JOJ 2020 se déroulent à Lausanne. Il faut que ce soit des Jeux pour la jeunesse du pays tout entier, des Jeux qui nous donnent la possibilité d’encore mieux promouvoir et soutenir les futures générations de sportifs. Diffuser les valeurs olympiques est une chance énorme pour nous et nous devons saisir cette chance pour redonner une plus grande crédibilité au sport.»

Patrick Baumann, Président du comité de candidature et membre Suisse du CIO: «67 ans après les Jeux d’hiver de St-Moritz, c’est un grand bonheur d’avoir contribué à ramener les Jeux en Suisse. Ce projet a un potentiel énorme pour un pays qui a les sports de neige dans son ADN. C’est le départ, j’en suis sûr, d’une très très belle aventure.»

Ueli Maurer, Conseiller Fédéral, présent à Kuala Lumpur, a déclaré: «C’est un honneur pour moi de représenter cette Suisse-là, celle du sport, de la jeunesse et des valeurs olympiques. Des Jeux comme ceux-ci doivent avoir un impact sur notre manière d’envisager la place du sport dans notre pays. Cette victoire est une grande chance pour la relève dans le sport suisse!”.

Philippe Leuba, conseiller d’Etat, Chef du Département de l’Economie et du Sport du Canton de Vaud: «C’est une immense satisfaction et désormais un défi passionnant. Comme ancien arbitre international de football, je suis bien placé pour savoir que l’on ne connait le résultat du match qu’au coup de sifflet final! Je dois dire que cette victoire est une des plus belles qui m’ait été donné de vivre. Les JOJ sont une formidable promesse pour le sport vaudois, pour le sport suisse, pour notre jeunesse. A nous tous, maintenant, de saisir la chance qui nous est offerte.»

Virginie Faivre, la vaudoise triple Championne du Monde de Ski Freestyle est une des plus ferventes supportrices de la candidature; elle travaille pour le comité depuis deux ans. Elle faisait évidemment partie de l’équipe de présentation ce matin face au CIO: «Je suis très heureuse. Terminer cette aventure de cette manière, en gagnant la possibilité de réaliser tout ce dont nous avons rêvé sur papier depuis deux ans, c’est tout simplement génial. Notre dossier contient tellement d’idées et de projets enthousiasmants que j’ai juste envie de commencer demain! Après la fête!»

Stéphane Lambiel, double champion du monde de patinage artistique et médaillé d’argent à Turin en 2006 fait aussi partie de l’équipe depuis longtemps. Il était également dans la présentation finale ce matin: «C’est après avoir vu les championnats du monde de patinage artistique à Lausanne en 1997 que je me suis fixé comme objectif d’arriver au sommet de ma discipline. Imaginer que des Jeux pourront inspirer la prochaine génération depuis le même endroit en 2020, cela me touche profondément. Je ressens une joie immense!»

Denis Pittet, Secrétaire Général du Comité de Candidature: «C’est une immense joie et une grande fierté pour nous tous de voir que le gros travail fourni a été si bien accueilli par le CIO et ses membres. Notre message, celui de saisir 100 ans d’histoire commune avec le CIO, de la transmettre à la Jeunesse du monde de façon intelligente et ludique avec nos partenaires depuis le cœur de la Capitale Olympique a été compris. Maintenant le plus passionnant reste à faire: organiser ces Jeux Olympiques!».

La délégation valdo-lausannoise à Kuala Lumpur, lieu de la 128e Session du CIO, se composait de 25 personnes. Cette équipe va maintenant se mettre immédiatement au travail, en étroite collaboration avec le CIO, pour mettre en place les fondations de l’événement qui est prévu de se tenir du 10 au 19 janvier 2020, à Lausanne, dans les Alpes et le Nord Vaudois.

Photos disponibles ici



28 juillet 2015

Les Valeurs Olympiques s’invitent dans les écoles de Kuala Lumpur

Sous l’impulsion de la candidature de Lausanne aux Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020, l’Ambassade de Suisse à Kuala Lumpur a conduit deux actions promouvant les trois valeurs olympiques (amitié, respect, excellence) dans deux écoles de la ville, quelques jours avant l’ouverture de la 128e Session du CIO au Kuala Lumpur Convention Center.

Amitié, Respect, Excellence. Les trois valeurs Olympiques que le CIO fait rayonner chaque jour de par le monde, à travers de multiples activités et avec l’appui des Comités Olympiques Nationaux. Afin de profiter de l’arrivée, ces prochaines heures, du Comité International Olympique à Kuala Lumpur, l’Ambassade de Suisse en Malaisie a initié deux projets visant à promouvoir ces valeurs dans les écoles.

La première fut organisée dans une école de design typographique (INTI Centre of Art & Design – ICAD), où 47 étudiants de 18 à 20 ans ont réfléchi à une expression typographique des trois valeurs. L’autre action fut organisée dans une école pour plus petits (Sri KDU Primary School), où un concours de dessin a été organisé pour des enfants âgés de 7 et 8 ans.

Une sélection des meilleures images des deux projets sont disponibles ici.

Les valeurs olympiques sont au cœur du projet de Lausanne 2020. Lausanne veut en effet créer un événement qui marquera l’histoire en se basant sur trois éléments propres à sa région:

  • un héritage Olympique unique
  • une expertise étendue dans le monde du sport international
  • des compétences pointues dans la recherche et l’innovation

Sur cette base, Lausanne 2020 propose de puiser dans cet héritage olympique unique, le redéfinir, le mettre à jour avec la jeunesse du monde pour équiper la génération future d’une vision des Valeurs Olympiques qui soit renouvelée et pertinente.

Rolf Ott, Conseiller à l’Ambassade de Suisse à Kuala Lumpur et initiateur des deux opérations dans les écoles, a déclaré: «La ville de Kuala Lumpur accueillera tout prochainement la 128ème Session du CIO, événement important et de prestige durant lequel seront attribuées, le même jour, les villes hôtes des Jeux de 2020 et 2022. La Suisse étant l’hôte du Mouvement Olympique depuis 100 ans cette année, c’était l’occasion d’en parler à quelques écoles d’ici. Les Valeurs Olympiques sont universelles, et c’est l’une de leurs grandes richesses».



27 juillet 2015

La Commission des Athlètes de Swiss Olympic dit OUI à ‪Lausanne2020!

Elle nous a même transmis ce petit message:

«La Commission des Athlètes de Swiss Olympic soutient la candidature nationale Lausanne 2020 à l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse et cette formidable opportunité pour la jeunesse sportive internationale de prendre part à un magnifique événement d’une ampleur mondiale et de vivre avec ferveur et enthousiasme l’esprit olympique. La relève est l’une des priorité d’une Commission d’Athlètes et l’avenir du sport. Bonne chance et plein succès à Lausanne 2020!»



24 juillet 2015

Prête à ramener les Jeux en Suisse, Lausanne 2020 s’envole pour Kuala Lumpur

L’heure du grand départ a sonné: la délégation Lausanne 2020 s’envole aujourd’hui pour Kuala Lumpur en Malaisie où elle passera son grand oral final face aux 100 membres du Comité International Olympique (CIO) le 31 juillet prochain.

Pendant une semaine, l’équipe va peaufiner sa présentation et répéter, encore et encore, les messages qu’elle souhaite faire passer aux 100 membres du CIO juste avant le verdict.

Virginie Faivre, triple Championne du Monde FIS Freestyle (Half-Pipe) et membre du comité de candidature fera partie de l’équipe qui présentera le projet Lausanne 2020 sur scène face aux membres du CIO: «Je me réjouis vraiment d’avoir l’occasion de leur dire combien ce projet nous tient à cœur et pourquoi nous voulons tant avoir les Jeux à Lausanne. Nous avons travaillé très dur au cours de ces deux dernières années pour nous préparer pour ce jour J. On y est presque, et on y va avec le sentiment d’avoir tout fait pour y arriver. Tenez-nous les pouces!»

La délégation est composée notamment du Président Patrick Baumann, du Secrétaire Général Denis Pittet, du Président de Suisse Olympic Jörg Schild, des membres suisses du CIO, des autorités politiques de la ville, du canton, du pays, et des sportifs qui partent tous avec un seul objectif en tête: porter fièrement le message de la candidature et, bien sûr, gagner le 31 juillet. L’annonce aura lieu à 11h43 précises heure locale en Suisse, et sera diffusée en direct sur le site www.olympic.org ainsi que sur la chaine TV locale «La Télé».

Patrick Baumann, Président du comité de candidature: «Nous sommes enfin arrivés au bout de la phase de candidature et nous sommes très contents de présenter une dernière fois notre projet. Nous espérons vraiment convaincre et rentrer à la maison avec une bonne nouvelle. En tout cas, nous avons fait tout pour jusqu’à aujourd’hui.»

Denis Pittet, Secrétaire Général du comité de candidature: «Tout ce travail n’aurait pas été possible sans une équipe soudée, unie et ultra-professionnelle. Chacun a donné le meilleur de soi et c’est donc fiers de ce que nous